Cheval poneys et chuchoteurs, ressources ethologie

Accueil

Cavaliers
Allures
Tests Poney
Galops
Les Licols
Comportements
Adresses Utiles
Equitation Western
Brèves Equines
Métiers chevaux
Cerveau cheval
Emotions cheval
Poste hongroise

Eleveurs
Connemara
Curly
Anes
Reproduction
Tatouage
Parage sabots
Races & Robes

Loisirs
Images
Logos portables
Fonds d'écran
Peintures chevaux
Sculptures chevaux
Textes Chevaux
Poèmes Chevaux
Citations Chevaux
Tourisme équestre
Humour équin
Photos humour
Chorale équine
Quizz équin
Lectures
Jeux vidéos

Services
Petites Annonces
bibliographie
Agenda
Annonces Ecolos

Soins
Equithérapie
Nourriture
Maladies
Plantes Toxiques
Blessures
Pharmacie

Courrier

Le CHEM

MALADIES et REMEDES CHEVAUX, PONEYS ou ANES

Maladies


Le cheval est une créature résistante mais, comme tout être vivant, il peut tomber malade ou être blessé.
Un poney ou un cheval en bonne santé est alerte, a les yeux brillants, et s'intéresse vivement à tout ce qui se passe autour de lui. Les côtes et les os iliaques ne doivent pas être saillants, et l'arrière-main doit être bien arrondie. L'animal doit se tenir bien d'aplomb sur ses quatre membres. La base des oreilles doit être chaude au toucher.

Les signes de maladie varient, mais certains symptômes se retrouvent dans tous les états pathologiques. Un poney au pré qui reste à la même place, un cheval qui ne mange plus, un cheval franc du collier qui devient soudain " cabochard ", tous ces signes indiquent que quelque chose ne va pas.

Parmi les autres symptômes, citons : suppuration des yeux ou des naseaux ; trébuchement sans raison apparente ; nervosité ; œil terne ou manque d'intérêt général ; transpiration au repos ; coups de pied ou de dents aux flancs ; boiterie ; diarrhée ; frottement continu de l'encolure ou de l'arrière-main contre un mur ou une clôture ; difficulté apparente à respirer ; toux.

Il est par conséquent essentiel de connaître un vétérinaire en qui vous avez toute confiance et, si jamais vous avez le moindre doute, de ne pas hésiter à l'appeler. Mieux vaut payer une consultation que courir le risque de faire soi-même une erreur de diagnostic qui entraînera peut-être une maladie plus grave, voire la mort.
Néanmoins, tous les propriétaires de chevaux devraient avoir une connaissance pratique des premiers secours à donner, et se constituer une trousse de première urgence qui devrait être placée dans un endroit facilement accessible.


SOIGNER son CHEVAL

Comme tous les animaux, les chevaux mettent du temps à se rétablir. Le vétérinaire indiquera au propriétaire ce qu'il faut faire, mais sachez que les soins couronnés de succès sont tout simplement dictés par le bon sens.

Le thermomètre
Lorsqu'un cheval se sent mal, semble abattu ; on pense à tous les maux possibles, mais on néglige souvent, dans l'examen, la prise de température qui est pourtant un indicateur capital de l'état de santé du cheval.
Il est toujours intéressant de la communiquer par téléphone au vétérinaire lorsque vous l'appelez.
Utilisez un thermomètre électronique (ne risque pas de casser et sonne quand la mesure est stabilisée) que l'on introduit dans le rectum (en se plaçant sur le côté du cheval, et non derrière lui), vers le haut de manière à mettre la sonde en contact avec la muqueuse (sinon on mesure la température du crottin).
La température rectale doit être comprise entre 37 et 38 C°.

Les fonctions vitales
En cas d'alerte, il est important de mesurer également les fréquences cardiaques et respiratoires de votre cheval.
Ce sont des indications importantes pour établir un diagnostic.
Leurs valeurs normales au repos sont de :
- entre 28 et 40 battements par minute pour la "Fréquence cardiaque",
- entre 8 à 16 mouvements par minute pour la "Respiration".

La sérologie
Comme chez nous les humains, en cas de doute, n'hésitez pas à avoir recours à une analyse de sang.


PEAU & ROBE

Gale

Symptômes

Causes

Traitement

Maladie contagieuse qui se manifeste par de très fortes démangeaisons, puis par des dépilations, plus ou moins étendues des zones de l'encolure, de l'épaule, du garrot, de la face interne des jambes et plus tard de tout le corps.

Pullulation d'un parasite, l'acarien de la gale ou sarcopte dans l'épaisseur même de la peau.

Isolez le cheval. Appliquez une lotion calmante pour soulager les démangeaisons.
Le saindoux et le soufre appliqués sur les zones atteintes peuvent calmer.

Gardez crinière et queue propres.

Consultez un vétérinaire.

Poux

Symptômes

Causes

Traitement

Démangeaisons, robe terne, apparition de petits parasites gris ou noirs sur la robe chevaux au pré,


Les poux apparaissent au printemps sur des animaux malades et ou mal entretenus.

Saupoudrez largement les zones atteintes avec une poudre anti-poux.

Désinfectez son matériel de pansage ; isolez le cheval.

Teigne tondante

Symptômes

Causes

Traitement

Dépilations circulaires avec desquamation de la peau et apparition de croûtes.

Mycose très contagieuse.

Appliquez un dérivé iodé (vétédine). Désinfectez les couvertures.

Évolution centrifuge des lésions.

Stérilisez le matériel. Isolez le cheval. Consultez un vétérinaire.

Urticaire

Symptômes

Causes

Traitement

Lésions cutanées de taille et de forme diverses. Rarement vues sur tout le corps du cheval.

Inflammation probablement due à un excès de protéines dans l'organisme.

Donnez un mash de son en y ajoutant deux cuillères à soupe de sel d'Epsom.

var(r)ons

Symptômes

Causes

Traitement

Gonflements douloureux sur le dos.

Larves de mouche (oestrus).

Mouillez la grosseur avec de l'eau chaude pour la ramollir.

On pourra ainsi faire sortir le varron en pratiquant un petit trou sur la bosse. Mais consultez un vétérinaire avant tout.



Verrues ou paillonne
Cette tumeur bénigne (simple excroissance de la peau) souvent d'origine virale peut atteindre la taille d'une noix.

Remède : La cryochirurgie (chirurgie par le froid, à l'azote liquide) donne de bons résultats.
L'homéopathie peut aussi bien fonctionner.

Cheloïde
Tumeur cicatricielle. Cicatrisation anarchique suite à une blessure ; son attache dépend de la taille de la plaie (gare aux blessures dans les barbelés !).
Remède : se soigne comme un sarcoïde. Ablation souvent plus difficile.

Sarcoïde
Tumeur cutanée la plus répandue chez les chevaux, touchant aussi l'âne et le mulet, d'après les statistiques établies aux Etats-Unis et en Allemagne.
C'est un morceau de peau qui gonfle parfois jusqu'à la taille d'un pamplemousse, voire au-delà !. D'origine virale, elle pourrait alors se transmettre par les arthropodes, ou être d'origine génétique (dérèglement du génome).

Remède : se soigne par ablation (si le volume est trop important) puis cautérisation (cryochirurgie), et compression sous pansements (avec beaume du péron, oxyde de zinc ou dermaflon).

On observe plus de 50 % de récidives après traitement. Mais ces tumeurs peuvent aussi régresser spontanément.
Dans les campagnes, les magnétiseurs et les guérisseurs sont souvent consultés. Des remèdes locaux avec des rites d'application existent encore et semblent efficaces sur des lésions légères. Personne n'en parle à son vétérinaire.

Témoignage
Sa sarcoïde avait atteint la taille d'un ballon de foot. On le croyait perdu ! Il y a environ 2 mois, on décide d'essayer un nouveau produit. Aujourd'hui, la sarcoïde de Balanod a diminué de la taille d'un pamplemousse en seulement 2 mois.
Il s'agit d'un produit à l'Aloe Vera. Comme je vous le disais pour l'instant je le teste sur mon cheval. Il y a un spray pour application locale et une boisson gel à faire boire. Mon cheval boit ce gel sans problème dans ma main. Le prix du spray est de 24,75 euros les 500 ml et la boisson gel à 28 euros le litre. Sur mon cheval BALANOD j'utilise environ 2 sprays par mois et une bouteille de boisson gel.
(voir courrier des lecteurs)

Les différentes tumeurs
par ordre de fréquence :
- le Sarcoïde de Jackson : 30 à 65 % des tumeurs,
- le papillome : entre 5 et 10 % des tumeurs,
- le mélanome.

Il y a plusieurs formes de tumeurs dans chaque groupe, seuls les laboratoires et les vétérinaires sont capables de les identifier.

Ressources
En 1986, la revue "le Point Vétérinaire" (vol. 27 n°173) a traité ce sujet dans un article très intéressant intitulé "Les principales tumeurs cutanées du cheval, actualités et perspectives". Cet article fait le point sur les connaissances acquises ou supposées (diagnostic dermatologique, description clinique, histologie, actualités sur le traitement et la prévention du sarcoïde).

En 1990, un congrès réunissant cliniciens et scientifiques s'est réuni spécialement sur ce thème, car cette tumeur représente un défi pour les spécialistes.


SYSTEME DIGESTIF

Colique

Symptômes

Causes

Traitement

Forte douleur abdominale ; le cheval piaffe.

Alimentation de mauvaise qualité ou irrégulière.

Appelez le vétérinaire.

Si le cheval est agité, (gratte le sol), est nerveux, transpire, se roule, se couche et se relève sans cesse, rue, mord.

Le cheval a travaillé dur ou bu juste après avoir mangé trop de nourriture.

Placez-le dans un box bien paillé pour éviter qu'il ne se blesse. Restez hors du box.

Lorsque le cheval est fatigué, se regarde le flanc, gémit, a les oreilles froides.

Le cheval est infesté de vers.

Parlez-lui pour le rassurez, en attendant le vétérinaire.

Pour plus de précisions sur les coliques

Diarrhées

Symptômes

Causes

Traitement

Crottin très mou, liquide.

Un excès d'herbe fraîche. Infestation par les vers.

Mélangez du son sec aux aliments, ajoutez-y du kaolin. Donnez du foin.

Intoxication.

Appelez le vétérinaire.

Vers

Symptômes

Causes

Traitement

Dépérissement, en dépit d'une bonne alimentation.

Il y a plusieurs types de parasites intestinaux que l'on regroupe sous le nom de vers.

Doses régulières de poudre ou pâte vermifuge.

Entretenez les pâturages.


Pour plus de précisions sur les vermifuges

La fourbure

Une fourbure alimentaire (souvent récidivante) est typique du cheval au pâturage.
Elle est due à une nourriture trop riche en glucides, créant une surproduction d'acide lactique qui fait chuter le pH de l'intestin et provoque ainsi la dégradation de certaines bactéries, qui libère des composés toxiques (endotoxines) responsables d'empoisonnement et de troubles de la coagulation.
La fourbure peut laisser des séquelles et mérite d'être prise au sérieux.

Causes
- excès de nourriture ou pour un animal en déficit d'activité (blé, maïs, orge, avoine en grain notamment, trèfle et luzerne ou herbe trop riche en azote dans le cas de la fourbure du pâturage)
- eau trop froide.
- surmenage, travail trop intense sur terrain dur.
- un poulinage difficile avec infection.

Symptômes
- Sudation (mais ce n'est pas obligé !).
- Rythme cardiaque et respiration accélérés.
- Un sabot antérieur est chaud et douloureux, l'animal réagit vivement lorsqu'on tape sur la corne.
- Boiterie des antérieurs, le poids du corps est posé en arrière pour soulager l'avant-main (le cheval "marche sur des oeufs" !)
- Abattement.
- Température (mais ce n'est pas obligé !).
- Difficultés à se coucher et à se relever (reste souvent allongé, en évitant d'appuyer le pied).
- Le stress dû à la douleur peut aussi engendrer une colique ou des tremblements (mais ce n'est pas obligé !)

Auscultation
Examiner attentivement les pieds :
- recherche d'une pulsation caractéristique au niveau des ligaments du pied,
- recherche d'une dépression du bourrelet de la couronne.
- recherche d'une nécrose en forme de croissant en avant de la pointe de la fourchette ou d'un bombement de la sole.
- recherche d'un écoulement de liquide séreux en cas de percement de la sole et de pression de la 3éme phalange.

Réagir
- Appliquer un pansement de pied et l'arroser fréquemment d'eau froide afin de calmer la douleur.
- Mettre à la diète pendant au moins 2 jours,
- Donner ensuite une alimentation plus riche en fibres (paille ou foin).
- Ne mettre à la pâture que l'après-midi, quand le soleil a détruit les molécules incriminées sur l'herbe.

Traitement
1) Appeler son vétérinaire.
2) Il injectera en intraveineuse un anti-douleur et un anti-inflammatoire qui soulagera le cheval en moins d'une demi-heure.
3) Administrer ensuite par voie orale :
- 2 sachets d'anti-inflammatoire non stéroïdien (Equipalazone 1g) matin et soir (le deuxième jour) - 1 sachet d'anti-inflammatoire non stéroïdien Equipalazone 1g) matin et soir (les 2 jours suivants)
Ce médicament est sensé n'avoir aucun goût, mais le chaval le repère et refuse de le prendre !
La ruse consiste à lui cacher dans une pomme ou du pain !


Les maladies virales


Les maladies virales sont causées par le contact de l'équidé avec un virus ; elles peuvent cependant être évitées par des vaccins spécifiques.

La Grippe Equine
Symptômes
- température (40° et plus),
- abattement intense,
- guérison en 10 à 15 jours.
- forte contagiosité.

Prévention
Vaccination tous les 6 mois après la primo vaccination (2 injections à 30 jours d'intervalle).
La vaccination est obligatoire sur les compétitions et recommandée partout.

La Rhinopneumonie
La cause majeure est sans doute en rapport avec le prix élevé du vaccin...
La maladie est due à un virus du type Herpès (qui ne quitte jamais l'organisme une fois installé).

Symptômes
Il existe trois formes de rhinopneumonie :
- Forme respiratoire
Ressemble à la grippe équine, avec toux et sécrétions par les naseaux.
Les symptômes régressent en 10 à 15 jours mais la rémission complète demande plusieurs semaines.
- Forme abortive
Chez les juments pleines, l'avortement survient durant la seconde moitié de la gestation.
Le diagnostic peut être établi sur l'observation de certaines lésions des voies respiratoires de la jument ou par l'examen de l'avorton.
- Forme nerveuse
C'est à la fois la forme la plus grave et une complication des formes précédentes.
On observe d'abord une paralysie du train postérieur qui peut soit s'estomper, soit progresser et provoquer une paralysie respiratoire avec risque vital.

Prévention
Les vaccins actuels tendent surtout à prévenir la rhinopneumonie abortive (2 injections à 30 jours d'intervalle, suivies de rappels réguliers, fréquence selon fabriquant).
La protection contre la forme respiratoire est difficile, d'où l'intérêt de cumuler le vaccin contre la rhinopneumonie avec celui contre la grippe équine.


La Rage
Cette maladie peut atteindre tous les mammifères ; son risque existe encore, même si les cas sont de moins en moins fréquents suite au traitement systématique des renards par dispersion d'appâts contenant des vaccins.
La contamination se fait le plus souvent par morsure.

Symptômes
- Le cheval devient très excitable et indocile,
- spasmes musculaires,
- paralysie du train postérieur et arrêt de l'alimentation.
La rage est régulièrement mortelle, d'où l'extrême prudence à observer en cas de suspicion de rage.

Prévention
Vaccination. Primo-vaccination dès l'âge de 6 mois, suivie d'un rappel annuel.

La peste équine
En principe, elle n'existe plus qu'en Espagne, au Portugal et en Afrique du Sud.

Symptômes
Il existe deux formes principales, toutes deux mortelles.
- Forme suraiguë (pulmonaire)
Température importante (40-41°), augmentation du rythme respiratoire.
Décés en 4 à 6 heures.
- Forme aiguë (cardiaque)
Température ondulante, muqueuses rouges, larmoiement. Respiration accélérée, affaiblissement des battements cardiaques. Toux, jetage mousseux. Salières gonflée. mort dans 90 % des cas.
La maladie peut combiner les deux formes.
La transmission du virus se fait par contact sanguin.
Les insectes qui se nourrissent de sang (moustique, taon) jouent un rôle important dans la transmission du virus.

Prévention
C'est surtout l'importation de chevaux en provenance de régions infectées qui peut être une source d'infection.
En cas de doute, il faut mettre le sujet en quarantaine et le faire examiner.
Il existe bien sûr un vaccin utilisé dans les régions infectées, mais qui n'est pas d'actualité dans les zones non concernées.


Les maladies microbiennes et mycosiques

Les maladies microbiennes et mycosiques sont causées par le contact de l'organisme avec une bactérie ou un champignon. Certaines de ces maladies peuvent être prévenues par un vaccin.

La Gourme
C'est l'angine du cheval qui est causée par une bactérie de type “streptocoque”.
Les jeunes chevaux l'attrapent plus facilement que les autres et s'en remettent également plus facilement que leurs aînés.

Symptômes
- manque d'appétit,
- température (39,5 à 41°),
- sécrétions purulentes qui s'écoule des naseaux, d'abord de couleur blanche, puis verte (à cause du pus),
- pharynx et larynx enflammés entraînant une toux douloureuse,
- au bout de 6 jours à 3 semaines et en l'absence de soins, des abcès apparaissent dans le système lymphatique (ganglions), dans la région de la gorge. Plus tard, les ganglions percent, la fièvre tombe et le cheval guérit,
Complications possibles : abcès pulmonaires ou abdominaux.
Le diagnostic s'établit avec certitude par analyse laboratoire des sécrétions.

Prévention
Bien que douloureuse et spectaculaire (drainage des abcès), l'affection n'est pas trop grave et les chevaux en guérissent.
Il n'existe pas de vaccin typique, mais on peut toujours faire fabriquer un “autovaccin” dans une université de médecine vétérinaire.
La surpopulation et le manque d'hygiène général sont des facteurs qui favorisent l'apparition de la maladie.
Il faut donc impérativement isoler les sujets atteints et de désinfecter soigneusement l'écurie et le matériel de soin et de pansage.
Le plus souvent le vétérinaire prescrira un traitement par antibiotiques adaptés.


Le tétanos
Maladie redoutable causée par un germe : le "Clostridium Tetani", qui se développe à l'abri de l'oxygène, notamment dans la terre et le sable, mais aussi par blessures externes profondes ou internes, causées par l'ingestion d'une épine ou d'une écharde.

Symptômes
- Spasmes musculaires,
- saillie de la 3éme paupière lorsque l'on touche la tête (chanfrein ou bas de la mâchoire),
- expression d'anxiété,
- raidissement progressif des membres,
- alimentation difficile,
- température,
- sueur.
Le sujet risque de mourrir par paralysie respiratoire ou broncho-pneumonie due à une “fausse route” des aliments.

Prévention
La vaccination préventive est indispensable.
La première injection est en réalité un rappel que l'on fait à la jument avant la naissance du poulain, de sorte que le colostrum (premier lait chargé d'anticorps) qu'il boira dès sa naissance le protégera avant son premier sérum antitétanique.
Premier vaccin à l'âge de 3 mois, puis, rappel chaque année et lors de blessure identifiée.


La leptospirose
Cette affection est généralement véhiculée par les rongeurs (souris, rats), qui la communiquent eux-mêmes à l'eau par leur urine. C'est donc principalement par l'eau que la maladie atteint le cheval.
Les leptospires s'installent alors dans le foie et dans les reins.
Le plus souvent, le cheval est naturellement résistant aux leptospires et cela aboutit seulement à des signes passagers de méforme.

Symptômes
- Fièvre,
- dépression,
- anorexie,
- urine peu abondante et brune,
- diarrhée ou constipation,
- douleurs musculaires.
La maladie peut également adopter un forme aiguë (rare, mortelle), et une forme chronique (états fébriles répétés, amaigrissement, avortement, inflammation de l'oeil).

Prévention
Il existe un vaccin, mais peu efficace (au moment de la rédaction de cet article) car formulé pour les chiens.
Son usage peut quand même s'avérer utile pour protéger les autres individus d'un groupe dans le cas où l'un d'eux serait atteint.
Sinon il faut traquer la présence des rongeurs dans les écuries (chats, pièges...)
Il est également important de vérifier si des éffluents ne se déversent pas dans les zones d'évolution des chevaux ou dans les points d'eau où ils s'abreuvent.
Enfin, un terrain trop humide (un drainage peut s'avérer nécessaire), ou une zone agricole avec épandage de boues sont des facteurs de risque.


La morve
La morve est une affection d'origine bactérienne et atteint le système respiratoire.

Symptômes
La forme aiguë (broncho-pneumonie foudroyante) :
- toux,
- fièvre,
- inflammations des ganglions.
forme chronique :
- sécrétions nasales purulentes,
- perte importante de poids,
- fièvre.

Prévention
Eviter le contact avec les animaux malades et la consommation d'eau ou de nourriture souillée par les chevaux malades.


La piroplasmose
C'est la Malaria du cheval ; on la rencontre surtout dans la moitié sud de la France et tout le bassin méditerranéen.
La transmission est assurée par diverses espèces de moustiques et surtout de tiques qui vivent dans les haies et les bois, et transmettent au sang un protozoaire (animal microscopique, parasite du globule rouge et provoquant l'anémie).

Symptômes
- Fièvre,
- dépression,
- manque d'appétit et donc amaigrissement,
- muqueuses pâles ou jaunes,
- oedèmes,
- coliques,
- coloration brune des urines.

Prévention
Pas de vaccin disponible.
Traquer les biotopes favorables aux tiques dans l'environnement du cheval.
Inspecter son cheval régulièrement et le traiter préventivement aux agents anti-acariens.


La Myopathie atypique des équidés
(Dossier fourni par La Faculté de Médecine Vétérinaire de Belgique)

La myopathie atypique (MA), encore appelée "myoglobinurie atypique des chevaux au pré", est une maladie généralement fatale se caractérisant par une dégénérescence sévère de différents groupes musculaires, dont les muscles de la respiration, de la posture, ou encore le muscle cardiaque.
Cette maladie frappe les équidés de toute espèce (chevaux de trait, de selle, poneys et ânes) séjournant en pâture la majeure partie de la journée au printemps et en automne.
Ce n'est pas une maladie contagieuse mais plusieurs chevaux pâturant sur la même prairie peuvent être touchés. La MA est reconnue depuis 1984 mais, jusqu'à l'automne 2000, la Belgique avait peu rencontré ce syndrome.

Facteurs de risque ?
La MA concerne les chevaux pâturant dans des conditions environnementales particulières (prairie souvent en pente, arbres, etc.).
Il semble que les conditions climatiques (humidité importante, vent, coup de froid...) jouent un rôle essentiel dans le déclenchement des symptômes.
Contrairement à la myopathie induite par l'exercice, l'effort physique n'est pas responsable de la symptomatologie.
Les poulains et les jeunes chevaux apparaissent particulièrement sensibles.

Régions touchées ?
En Belgique, la majorité des cas de MA s'est déclarée en dessous du sillon Sambre-Meuse.
En automne 2002, la MA a été confirmée chez 22 équidés (1 seul a survécu) et présumée chez 27 d'entre eux.
D'autres pays tels que la Suisse, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et depuis peu, la France sont également confrontés à ce syndrome.
Quand penser à une atteinte de MA ?
La MA sera présumée lorsque, chez un cheval séjournant la majeure partie du temps en prairie et n'ayant pas fourni d'exercice physique préalable, vous observez les symptômes suivants :
- faiblesse, raideur, difficulté ou refus de se déplacer,
- le cheval est trouvé couché au pré et présente des difficultés ou une incapacité à se lever,
- tremblements musculaires,
- sudation localisée ou généralisée,
- l'urine apparaît anormalement foncée,
- le cheval semble respirer avec difficulté,
- la température rectale est anormalement basse (< 37°C)

Que faire lorsque une atteinte de MA est suspectée ?
Lorsque les symptômes décrits sont observés en tout ou en partie, appelez de toute urgence votre vétérinaire qui pourra identifier les symptômes spécifiques de la MA (tachycardie et éventuellement, souffle(s) cardiaque(s), polypnée et/ ou dyspnée, diathèse hémorragique, myoglobinurie, hypothermie, dysphagie avec éventuellement obstruction œsophagienne, distension de la vessie observée par fouille rectale, etc.
Sachez cependant que tous les symptômes cités ne sont pas toujours présents.

Que faire en attendant le vétérinaire ?
Couvrez votre cheval si le temps est froid et essayez d'améliorer son confort ; prenez les mesures nécessaires pour le transporter en vue d'une hospitalisation éventuelle ; récoltez les urines et les matières fécales émises dans des récipients propres (l'analyse d'urine contribuera au diagnostic) et rentrez les autres chevaux en écurie lorsque cela est possible.
Dans la négative, changez-les de pâture. Les sujets ayant pâturé dans une prairie où un cas de MA a été confirmé doivent être surveillés de façon intensive pendant, au minimum, 48 heures.

Comment soigner la MA ?
La cause de la maladie n'étant pas encore connue, seuls des médicaments visant à limiter la douleur et les lésions associées à la destruction des muscles peuvent être conseillés.

Comment être sûr que votre cheval souffre de MA ?
Le diagnostic définitif repose nécessairement sur l'autopsie (plus de 80 % des chevaux souffrant de MA décèdent dans les 48 heures) grâce à l'identification de lésions histologiques typiques.
Cette autopsie vous permettra de déterminer si votre prairie est à risque et donc, si la MA menace de se répéter sur cette pâture.

Mesures préventives
La plus sûre consiste à garder les chevaux à l'écurie durant les périodes à risque (principalement, de mi-octobre à fin novembre et de mi-mars à mi-mai). L'apport d'un complément alimentaire et la présence d'un abri n'auraient pas d'effet protecteur.
La MA ne présentant pas les caractéristiques d'une maladie contagieuse, aucune mesure sanitaire particulière n'est à prendre.


BIBLIOGRAPHIE

MALADIES du CHEVAL - par Hanns-Jurgen Wintzer - Editions Maloine, 1989
traduit de l'allemand par le docteur vétérinaire Claude Lapeire - 494 pages.

PRESERVER la SANTE du CHEVAL
Brochure disponible gratuitement auprès du Ministère des classes moyennes et de l'agriculture
écrire à : service recherche et développement production animale - secteur chevalin
Helbeekplein, 9 (3éme étage) - 3500 Hasselt - Belgique
Tel : 011/ 263954 - Fax : 011/ 263953





FORUM

Votre site est très intéressant, j'ai deux chevaux de 20 ans dont une jument qui a été fourbue assez sévèrement à deux reprises. S'il n'y avait pas eu de sérologie réalisée durant ces deux périodes je crois que je n'aurais pas réussi à sauver ma jument.
En effet la première fourbure a été déclenchée par la maladie de lyme, car la maladie de lyme soignée la fourbure a disparue sans autre traitement et n'est pas réapparu durant deux ans et demi. Durant l'année 2013 très pluvieuse mes deux chevaux ont contractés la leptospirose et je ne l'aurai pas su si le mâle n'avait pas eu d'uvéite à répétition et la jument déclarée une fourbure ! Dans vos solutions pour soigner la fourbure ne serait il pas intéressant d'inclure une sérologie ? Depuis que mon vétérinaire le fait de façon systématique, il trouve la maladie qui déclenche la fourbure dans plus de 80 % des cas et son taux de guérison suit ce même pourcentage.
Pensez vous qu'il soit intéressant de faire suivre cette information ?

C.R

Réponse
Tout ce qui peut préserver ou maintenir l'état de santé de nos amis équidés est bon à prendre. Mais, la sérologie n'est pas un remède, c'est une méthode biologique utilisant le sérum pour établir des diagnostics médicaux.
Au même titre que nous avons recours à des prises de sang chez les humains dès lors que le médecin a besoin de confirmer ou de préciser son diagnostic.
Cependant, nous rajoutons volontiers votre témoignage, avec notre commentaire sur notre page, car si cela peut servir...



Dresseurs
10 règles d'or
Monty Roberts
Pat Parelli
Bino Gentili
M.K Worthington
Andy Booth
Kelly Marks
Bill Dorrance
Leslie Desmond
E de Corbigny

Centaures
Prière du cheval
Ethologie
Choix Poney
Cadre de Vie
Soins
Langage
Plaisir Partagé
Sevrage
Castration
Débourrage
Déferrage
Monte à Cru
Sans Mors
Grattothérapie
Fin de Vie

Divers
Publicité
Statistiques
Liens



Contact famille
Partenaires :
Copyright © Sitecom.biz
Tous droits réservés.


Notre annonceur Déco-2000


L'équitation douce à votre portée