Cheval poneys et chuchoteurs, ressources ethologie

Accueil

Cavaliers
Allures
Tests Poney
Galops
Les Licols
Comportements
Adresses Utiles
Equitation Western
Brèves Equines
Métiers chevaux
Cerveau cheval
Emotions cheval
Poste hongroise

Eleveurs
Connemara
Curly
Anes
Reproduction
Tatouage
Parage sabots
Races & Robes

Loisirs
Images
Logos portables
Fonds d'écran
Peintures chevaux
Sculptures chevaux
Textes Chevaux
Poèmes Chevaux
Citations Chevaux
Tourisme équestre
Humour équin
Photos humour
Chorale équine
Quizz équin
Lectures
Jeux vidéos

Services
Petites Annonces
bibliographie
Agenda
Annonces Ecolos

Soins
Equithérapie
Nourriture
Maladies
Plantes Toxiques
Blessures
Pharmacie

Courrier

Le CHEM

CADRE de VIE IDEAL pour les CHEVAUX : la NATURE !

Le Cadre de Vie



Quel cadre de vie lui aménager ?
C'est une question essentielle à se poser, avant de prendre un charge un équidé.

La solution la plus simple pour l'homme est de l'installer dans un box ou une étable, de le sortir quand on en a besoin, de le nourrir en combinant foin, paille et granulés : occupant peu de place, facile à surveiller, toujours disponible, il est vrai qu'à première vue cela semble être la bonne solution.

Tout d'abord, à y regarder de plus près, ce n'est pas forcément le plus simple quand on ne possède que quelques bêtes car le travail journalier reste le même sans bénéficier de la rationalisation des coûts, des structures et du personnel propres aux grandes structures d'élevage :
- Quantité impressionnante de paille, foin et de granulés à acheter, manipuler tous les jours, stocker dans de bonnes conditions.
- Quantité non négligeable, de fumier à ramasser au même rythme, stocker et évacuer.
- Box à désinfecter très régulièrement au risque de se retrouver avec des animaux en mauvais état et une note de vétérinaire pharaonique.
- Risque de se retrouver avec des animaux atteints de différents tics, pénibles à regarder, mais surtout symptomatiques de sujets au mental perturbé.
Le cheval est un animal à la fois grégaire et ayant besoin d'espace et de liberté pour être heureux.
A ce titre, nous sommes un certain nombre à penser que le fait de préserver en lui toutes ses dispositions de cheval, lui permettra de donner le meilleur de lui-même.

Avertissement
Empressons-nous de rappeler que les dispositions préconisées maintenant ne concernent que des chevaux et des poneys rustiques, car pour les autres, à force de sélections de plus en plus poussées, leur fragilité les rend tellement dépendant de l'homme, qu'ils ne peuvent vivre sans son aide et ses soins.

De bonnes pâtures
1 hectare de pâture par poney semble raisonnable, pour lui permettre de se nourrir naturellement par broutage ; ces pâtures devront être nettoyées de tout danger : pierre, vieux barbelés ou fil de fer, plantes toxiques et bien closes. L'accès libre à un point d'eau claire est à aménager.

Un bois : quelle vaste écurie...
Bien qu'ayant un abri à leur disposition, nos poneys préfèrent, le soir venu, aller dans un bois accessible de leur pâture et solidement clos ; ils y trouvent fraîcheur, écorces et jeunes branches à manger, s'y protègent du froid et du vent.
Tous les matins, nous les retrouvons à la barrière communiquant avec notre jardin.

Les clôtures
De bonnes clôtures sont la condition sine qua non pour éviter : accidents avec des tiers en cas de divagation consécutifs à une évasion des pâtures, blessures quelquefois très graves suite à des mouvements de panique, ennuis avec les voisins dont l'incursion de vos chéris dans leur jardin d'agrément ou leurs cultures peut occasionner des ravages préjudiciables.
Naturelles
- La haie naturelle reste la meilleur clôture visuelle car elle matérialise un obstacle facilement identifiable par le cheval, mais elle est souvent insuffisante : la moindre trouée sera l'occasion de passage en force si l'envie lui prend d'aller goûter l'herbe du voisin ou du bas-côté.
En fil de fer
- Elle doit être renforcée par du fil de fer lisse de préférence à du barbelé, qui risque en cas d'affolement d'occasionner des blessures irrémédiables. Si les barbelés existent déjà et si vous ne pouvez ou ne voulez pas l'enlever, vous pouvez en atténuer les dangers en rajoutant au dessus et au dessous du fil lisse de diamètre suffisant, pour répartir la pression du cisaillement en cas de forçage …

Electriques
- La clôture électrique est le meilleur système pour clore des chevaux (sauf pour ceux qui ne les craignent pas...), car il associe une image mentale de douleur à son contact, mais ce n'est qu'au bout d'un certain apprentissage que son contact fera reculer le cheval : au départ, cette sensation fera fuir en avant le poulain, qui emmènera tout avec lui.

Elle reste une excellente solution pour partager des parcelles de pâture à l'intérieur de « l'espace chevaux », mais un jeune cheval et un étalon ne les respecteront que rarement si leur envie ou leur panique les poussent à fuir ou à rejoindre leurs congénères.
Les conditions qui rendent efficaces ces dernières sont rarement réunies (le crin sec est isolant, en été la prise de terre est quasiment inopérante …)
N'hésitez donc pas à utiliser un électrificateur le plus puissant possible surtout pour un jeune cheval.

Sachez enfin que vos clôtures ne doivent pas être trop hautes au niveau du premier rang, car elle seront forcées par dessous et que les dommages risquent d'être plus important que si elle sont sautées, ce qui n'arrive presque jamais d'ailleurs.
Le ruban est préférable au fil, et sa largeur ainsi que sa couleur doivent permettre aux chevaux de les repérer et donc de les respecter de jour comme de nuit.

Attention : Notre dernier poulain, ne craignant absolument pas l'électricité, de guerre lasse, nous avons dû nous résoudre à faire des clôtures en dur ; cela peut vous arriver aussi.

Et mon abri...
Un abri est indispensable à vos chevaux pour se protéger du soleil, du vent, du froid, et de la pluie, lorsqu'ils "estiment" que la limite de tolérance est dépassée :
Les chevaux rustiques s'accommodent sans problème de ces éléments en temps normal, mais la conjonction de plusieurs d'entre eux, surtout si cela doit durer, peut leur causer de l'inconfort, voire des troubles de santé.
Il faut donc leur laisser la possibilité de s'abriter à leur envie ; ce qui est tout à fait différent de les y enfermer.
Un abri est bien pratique aussi pour soigner au sec vos animaux, leur distribuer un complément de nourriture au mauvais temps, les équiper quand il fait chaud, entreposer provisoirement des équipements, etc.

Nous avons opté pour un abri ouvert contre une haie nord, elle-même protégée par un petit bois ; il représente environ 32 m2, soit l'équivalent de 2 boxes de taille standard ; nous avons choisi un toit à une pente pour une meilleure évacuation de la chaleur en été ; de même nous l'avons situé en haut de parcelle pour que le sol ne soit pas inondé en cas de pluies abondantes, ne tardant pas à devenir avec le piétinement, un bourbier qui les dissuadera de s'y installer.
Votre abri peut être constitué de plusieurs manières et utiliser des matériaux différents ; attention cependant à sa solidité et aux risques qu'il peut présenter pour vous ou pour vos chevaux !
Nous y avons installé l'électricité pour pouvoir y pratiquer certains soins dans de bonnes conditions.
La pierre de sel y est abritée, suspendue à une potence, garantissant ainsi sa durée de vie et son hygiène.
Un bois suffisamment dense et à l'abri des vents dominants peut parfaitement constituer un excellent abri naturel : nos poneys y passent systématiquement la nuit de leur propre initiative, utilisant l'abri construit plutôt au cours des journées chaudes, pour se protéger du soleil et des insectes.

A boire, patron !
L'eau reste essentielle dans le régime des équidés, elle doit être propre et le rester, être accessible facilement ; un point d'eau naturel (source ou ruisseau par exemple) convient parfaitement, mais les mares et cours d'eau plus importants sont à surveiller au niveau de la pollution, car à raison de plus de 10 litres par jour, la concentration de cette dernière peut vite devenir préoccupante.

Le cheval est très difficile au sujet de son eau : il en perçoit parfaitement les modifications de goût ou de provenance : il préférera se priver d'eau temporairement plutôt que de s'abreuver dans une eau à laquelle il n'est pas habitué ou qui ne lui plait pas.

De même, il gérera sa soif de façon différente de la nôtre, ne buvant pas tout de suite après l'effort, il préférera brouter si on lui en laisse le choix, et se désaltèrer ensuite.

L'abreuvoir individuel automatique, très commun dans les écuries, peut être utilisé mais nous lui préférons les abreuvoirs type : demi-tonneau, permettant l'usage collectif, et laissant le chlore contenu dans tous les réseaux d'alimentation d'eau actuels s'évaporer au contact de la lumière ; il demandera en revanche d'être brossé et rincé régulièrement.

Il permet en outre au poney d'éclaircir son eau par de rapides mouvements de nez à la surface, avant de s'y abreuver, comme il le ferait dans la nature mais surtout de surveiller la consommation régulière en eau de son petit monde.
Nous en avons installé plusieurs pour que de chaque pâture, un point d'eau soit accessible facilement.

En hiver, quand il gèle, il faut penser à casser la glace recouvrant les abreuvoirs ou installer un système l'empêchant de geler.



Ethologie et dressage chevaux


Dresseurs
10 règles d'or
Monty Roberts
Pat Parelli
Bino Gentili
M.K Worthington
Andy Booth
Kelly Marks
Bill Dorrance
Leslie Desmond
E de Corbigny

Centaures
Prière du cheval
Ethologie
Choix Poney
Cadre de Vie
Soins
Langage
Plaisir Partagé
Sevrage
Castration
Débourrage
Déferrage
Monte à Cru
Sans Mors
Grattothérapie
Fin de Vie

Divers
Publicité
Statistiques
Liens



Contact famille
Partenaires :
Copyright © Sitecom.biz
Tous droits réservés.


Notre annonceur Déco-2000


L'équitation douce à votre portée