Cheval poneys et chuchoteurs, ressources ethologie

Accueil

Cavaliers
Allures
Tests Poney
Galops
Les Licols
Comportements
Adresses Utiles
Equitation Western
Brèves Equines
Métiers chevaux
Cerveau cheval
Emotions cheval
Poste hongroise

Eleveurs
Connemara
Curly
Anes
Reproduction
Tatouage
Parage sabots
Races & Robes

Loisirs
Images
Logos portables
Fonds d'écran
Peintures chevaux
Sculptures chevaux
Textes Chevaux
Poèmes Chevaux
Citations Chevaux
Tourisme équestre
Humour équin
Photos humour
Chorale équine
Quizz équin
Lectures
Jeux vidéos

Services
Petites Annonces
bibliographie
Agenda
Annonces Ecolos

Soins
Equithérapie
Nourriture
Maladies
Plantes Toxiques
Blessures
Pharmacie

Courrier

Le CHEM

ANES et MULETS : races, caractéristiques

Les Anes

Longtemps considérés comme les parents pauvres des équidés, ils ont retrouvé aujourd'hui l'engouement du public et l'intérêt des éleveurs... Comme tous les équidés, et même si son caractère d'animal fuyard est moins accentué que celui du cheval, on peut tout à fait lui appliquer des méthodes de dressage éthologiques.



LES DIFFERENTES RACES
Tout comme les chevaux, il existe chez les ânes des races déterminées, résultat de croisements, de sélection et de millénaires d'adaptation à certains terroirs.
Seulement 10 % les ânes peuvent se prévaloir d'une race avec un respect des critères définis, les autres étant classés poétiquement dans la catégorie des AFC (race des Amours de Fond de Champ).
Depuis quelques années, des associations tentent de réhabiliter l'âne en renforçant la sélection avec l'ambition de revenir à des races aux critères bien déterminés.
Cette démarche est encouragée par les Haras nationaux, qui ont ainsi reconnu, après étude des dossiers, quelques races françaises.
Nous avons d'ailleurs repris pour l'essentiel, la description de ces races, établies par les Haras Nationaux

L'âne de Provence


Origine
Les écrits du XVéme siècle attestent de l'importance des ânes dans le système d'élevage ovin basé sur la transhumance entre la Basse Provence et les alpages de Haute Provence, des Alpes et du Dauphiné. Durant près de 5 siècles, ils ont été les acteurs essentiels de la transhumance des moutons en portant, grâce à des bâts adaptés, le matériel, la nourriture des bergers, le sel pour les brebis et même les agneaux nés en chemin, trop jeunes pour marcher.
Les bergers ont ainsi sélectionné un âne disposant d'une ossature solide pour porter les lourdes charges, d'un tempérament docile avec de bons membres pour parcourir les drailles.
L'utilisation du chemin de fer puis des camions a réduit considérablement leur rôle.
Ainsi, l'effectif asine agricole recensé dans les départements provençaux (Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Alpes de Haute Provence) qui s'élevait à environ 13.000 têtes à la fin du XIXe siècle est tombé à 2000 en 1956 puis seulement à 330 en 1993.

Description
Ane rustique, solide, à ossature forte, calme et patient, il est facile à dresser au bât, à l'attelage ou à la monte.
• Taille à l'âge de 4 ans varie entre 120 cm et 133 cm pour un mâle, 117 cm et 130 cm pour une femelle.
• Robe : gris tourterelle et peut varier des teintes très claires aux teintes foncées souvent nuancées de marron-roux, avec sur le dos une « Croix de St-André » noire, bien marquée, toujours présente.
Ces différentes teintes de gris sont toujours franches. Ne sont pas admises les robes bai, bai-brune et blanche.
• Tête d'ossature forte est bien attachée à l'encolure. Le chanfrein est large, soit rectiligne, soit marqué d'un nez busqué. Le tour des yeux est souvent blanc. Le front, les oreilles et le bord des yeux sont presque toujours teintés de marron-roux. Le bout des lèvres est généralement blanc, parfois cerné de roux.
• Oreilles sont longues et l'encolure épaisse. Les membres solides, à ossature forte, peuvent être marqués par des zébrures noires plus ou moins nombreuses (souvent au moins une zébrure en diagonale sur les antérieurs, au niveau des avant-bras).
• Sabots plutôt large pour ceux d'un âne, bien adaptés à la marche et à la charge.
• Dos droit, rein large et arrière-main solide.

Zone d'élevage
Les efforts menés au cours de ces dernières années, et plus particulièrement en 1994, conjointement par la direction du haras national d'Uzès et les membres de l'association de l'Ane de Provence ont permis de recenser et évaluer au sein de cet effectif asine, quelques 309 sujets, détenus par 94 éleveurs, dont 48 bergers provençaux transhumants chez qui il y a toujours eu des ânes.
Les enquêtes et les rassemblements d'Anes de Provence ont permis également de vérifier une exacte superposition de la zone où se déroule le système d'élevage ovin transhumant avec l'aire d'origine des animaux reconnus comme appartenant à la race, c'est à dire la Provence, les Alpes du sud et du nord (Dauphiné et Savoie) ainsi que le sud des Cévennes (Ardèche provençale).

Qualités et utilisations
Une demande importante par rapport aux effectifs existants s'est manifestée ces dernières années. Pour beaucoup, l'âne s'identifie à notre culture comme compagnon laborieux de l'homme jusqu'à un passé récent. De nombreuses personnes souhaitent acquérir des ânes, soit comme animal de compagnie, soit pour l'entretien d'espaces délaissés, soit encore pour effectuer le portage des bagages ou des enfants des randonneurs pédestres. La Fédération Nationale des Anes de Randonnées (F.N.A.R.) joue un rôle actif pour la promotion des randonnées pédestres accompagnées ou non.

Renseignements
Association de l'âne de Provence
Le Colombier – 26750 - MONTMIRAL
Tel : 04 75 02 78 83
Fax : 04 66 22 44 23
bignon.da@wanadoo.fr



Le Baudet du Poitou


Origine
L'âne paraît avoir pour berceau d'origine l'Afrique du Nord-ouest. De nombreux peuples du Proche-Orient l'ont connu et domestiqué depuis longtemps, et les différentes invasions l'ont amené très tôt en Europe où il s'est surtout développé dans les pays méridionaux. L'Ane du Poitou semble avoir fait son apparition dès le Xéme siècle en France, époque à laquelle plusieurs écrits font déjà état de la pratique de l'hybridation mulassière. La production Route de Kervagaret de mules à partir de juments, dites « mulassières », et d'ânes a permis à cette dernière espèce de se développer. L'industrie mulassière fut surtout florissante au XIIIéme puis au XVIIIéme siècle, et l'Ane du Poitou fut largement exporté dans de nombreux pays (Amérique, Pays méditerranéens...) avant de voir ses débouchés intérieurs et extérieurs disparaître rapidement depuis 1950.

Description
Le standard du Baudet du Poitou peut se décrire ainsi : la robe est bai brun, passant parfois à la robe fougère, avec le pourtour de la bouche, du nez et des yeux gris argenté bordé d'une auréole rougeâtre ; l'animal ne doit jamais être rubican (à robe semée de poils blancs) ni porter de « raie de mulet » (bande noire longeant la ligne dorsale du garrot à la queue) ; le dessous du ventre et l'intérieur des cuisses sont très clairs ; la taille moyenne est de 1,40 à 1,50 m au garrot ; la tête est grosse et longue, les oreilles longues et bien ouvertes, garnies de poils longs ; l'encolure est forte, le garrot effacé, le dos droit et long, le rein bien attaché, les hanches peu saillantes, la croupe courte; la cuisse est longue et musclée, l'épaule droite, la sternum saillant, les côtes rondes; les membres sont puissants, aux articulations très larges; les pieds, larges et ouverts, sont recouverts de poils.

Zone d'élevage
A l'origine, le cœur du Berceau de race est la région de Melle en Deux-Sèvres. Toutefois, le Baudet du Poitou était élevé dans toute la zone comprenant le sud des Deux-Sèvres, l'ouest de la Vienne, le sud de la Vendée, le nord de la Charente et de la Charente-Maritime. Aujourd'hui, son élevage s'étend à d'autres régions de France et dans quelques pays étrangers.

Qualités et utilisations
De tempérament lymphatique, Le Baudet du Poitou n'est guère utilisé pour le travail. Il tire toute sa valeur de son rôle de reproducteur, pour la production de mulets notamment. Le nombre d'ânesses et de baudets est cependant très réduit, malgré une certaine demande à l'exportation. Un processus de conservation de le Baudet du Poitou et une opération de relance de son élevage ont été mis en place par le Service des haras du Ministère de l'Agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales, en liaison avec les éleveurs et le Parc Interrégional du marais poitevin. Ainsi, pour sauver la race, un programme de sauvegarde a été mis en place avec identification des animaux et la création d'une asinerie expérimentale à Dampierre/ Boutonne.

Renseignements
Association des races mulassières du Poitou
BP 237 - 210, avenue de la Venise Verte - 79007 NIORT Cedex
Tel : 05 49 35 22 68
Fax : 05 49 09 72 39

Haras national de Saintes
Avenue Jourdan - BP 305 - 17107 Saintes
Tel : 05 46 74 35 91
Fax : 05 46 92 23 96
haras.saintes@haras-nationaux.fr


Le Grand noir du Berry


Origine
Les noms de lieux, tels Asnières fréquents pour les lieux-dits en Berry et dans toute la région centre, témoignent de l'importance des ânes dans cette province depuis plusieurs siècles. Dans un pays de bocages, aux nombreuses petites exploitations, l'âne était l'animal de trait par excellence du petit paysan. Pour le travail des champs et des vignes, pour le halage des péniches sur le canal de Berry, le choix des animaux s'est orienté au cours des décennies vers une sélection d'ânes grands, forts mais restant vifs, courageux et dociles.
Certaines sources bibliographiques font mention d'un apport d'ânes en provenance d'Algérie, vers les années 1850, suite à la conquête de celle-ci. Mais en fait, en dehors de tout contrôle officiel, il est bien difficile de connaître les origines de la race.

Description
Animal robuste aux membres solides, adaptés à la marche.
• Taille variant de 1,35 m à 1,45 m au garrot pour les mâles et au minimum de 1,30 m pour les femelles. • Robe unie, de bai brun à bai brun foncé, pouvant aller jusqu'au noir, sans bande cruciale, ni raie de mulet et sans zébrures aux membres.
• Ventre gris clair, incluant l'ars, l'aine et l'intérieur des cuisses.
• Queue identique à la robe. Le pelage d'été chez l'adulte est presque ras.
• Tête est rectiligne, les oreilles largement ouvertes et sans échancrure, le bout du nez gris-blanc (cette couleur peut s'étendre jusqu'au chanfrein parfois cerné de roux).
• L'œil porte lunette gris-blanc parfois cerné de roux.
• Encolure forte.
• Poitrail ouvert.
• Dos droit, arrière-main soit ronde soit déclive.


Zone d'élevage
Les quatre départements Cher, Indre, Nièvre et Allier, avec la couronne des départements limitrophes forment la zone d'élevage la plus importante de France. Depuis la reconnaissance de la race par les Haras nationaux, les éleveurs d'ânes de la France entière s'intéressent à l'Ane grand noir du berry. Aujourd'hui, plus de 60% du cheptel inscrit au stud-book est localisé dans le sud Berry.

Qualités et utilisations
Autrefois utilisé pour les petites tâches quotidiennes de la ferme, l'Âne Grand Noir du Berry reste, de nos jours, un âne de travail. Sa force physique et son caractère très docile sont deux qualités qui en font un excellent compagnon pour les adeptes du tourisme vert, comme animal de bât ; sa taille fait qu'il est également apprécié par les amateurs d'attelage qui sont de plus en plus nombreux à l'engager dans des concours.

Renseignements
AFAGNB
B.P. 10 - 18160 Lignières en Berry
Tel : 02 48 60 09 11 - Fax : 02 48 60 09 11
anenoirduberry@libertysurf.fr

Haras national de Blois
62, avenue Maréchal Maunoury
BP 909 - 41009 - Blois Cedex
Tel. : 02 54 55 22 80 - Fax : 02 54 74 86 93

haras.blois@haras-nationaux.fr



Ane du Cotentin


Origine
L'introduction des ânes dans la Manche paraît remonter à une époque relativement ancienne. Des recherches aux archives départementales ont permis de prouver qu'il existait déjà des ânes dans ce département vers le milieu du XVIéme siècle, voire avant puisque certaines communes de Basse Normandie rappellent la présence de l'âne dans le toponyme qui les désigne :
• Asnières en Bessin (près d'Isigny-sur-mer dans le calvados ) vers 1069
• Asnelles (Calvados) vers 1063
La reconnaissance de la Race de l'Ane Cotentin est officielle depuis 1997.

Description
• Taille à 4 ans : mâle 1,20 à 1,5 m, femelle 1,15 à 1,30 m.
• Encolure : forte, à crinière droite
• Robe : gris cendré, gris bleuté ou gris tourterelle avec bande cruciale raie de mulet (Croix de St André), avec ou sans zébrures sur les membres ; robes exclues : baie-brunes, noires et blanches.
• Tête : rectiligne, bien attachée sur l'encolure, avec ou sans nuances roussâtres, de la couleur de la robe jusqu'à mi chanfrein et de couleur gris-blanc en dessous. Les animaux bouchards sont exclus.
• Queue : identique à la robe.
• Poitrail : ouvert.
• Bout de nez : de nuance noire à gris foncé.

• Dos : droit.
• Oreilles : de bonne dimension (la moitié de la longueur faciale), bien ouvertes, au pourtour et à la base plus foncés.
• Oeil : vif, portant lunettes gris-blanc, parfois cerné de roux, arcades bien marquées.
• Membres : solides, aux aplombs affirmés.

• Arrière-main : ronde ou déclive.

Zone d'élevage
L'âne Cotentin était principalement concentré sur le Nord Cotentin. Aux Foires de Lessay et de Gavray dans la Manche, il se vendait, avant guerre, entre 300 à 400 ânes qui partaient vers les autres régions de France, voire à l'étranger. (Depuis le début du siècle, c'est le département qui compte l'effectif asine le plus important de France) Ce n'est pas par hasard si aujourd'hui, les ânes Cotentin sont représentés dans plus de la moitié des Départements Français.

Qualités et utilisations
Vers les années 1930, le département de la Manche comptait environ 9000 ânes utilisés principalement comme "âne de bât" pour transporter le lait de la traite des vaches avec bâts, cageots, cannes à lait et la traditionnelle "triolette" (servante qui montait en amazone sur son âne)
Actuellement, l'âne est de plus en plus associé aux loisirs dans le cadre du tourisme vert. Compte tenu de sa docilité et de sa morphologie parfaitement adaptée à la randonnée et à l'attelage, l'âne Cotentin rencontre un très grand succès commercial.
Son caractère doux et calme en font également un formidable animal de compagnie qui est aussi utilisé à des fins thérapeutiques avec les handicapés.


Renseignements
Association Nationale des éleveurs d'Anes du Cotentin
2, rue Georges Clemenceau
14310 VILLERS BOCAGE
Tel : 02 31 77 23 19
Fax : 02 31 77 70 32

asso.ane.cotentin@wanadoo.fr

l'Ane Normand


Origine
L'âne Normand était utilisé autrefois pour le transport du lait en Normandie où dominait la production laitière.
C'était à l'époque son titre de noblesse. Dans les petites exploitations agricoles, nombreuses dans le pays au début du XXème siècle, le paysan équipait son âne d'un bât chargé de bidons pour aller traire les vaches dans les champs. L'âne pouvait porter une charge équivalente à son poids (en moyenne 180 kg). Il était également utilisé pour les travaux de maraîchage et dans les fêtes de village. L'âne était roi. Le pays comptait, fin du XIXéme siècle, 400.000 ânes selon des études agricoles de l'époque.
L'âne Normand a été reconnu par le Ministère de l'Agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales le 20 août 1997.


Description
• Taille : 1,10 m à 1,25 m au garrot à 4 ans (mâles et femelles).
• Robe : obligatoirement bai ou bai brun avec bande cruciale, raie de mulet, avec ou sans zébrures sur les membres. Les robes grises ne sont pas admises.
• Queue : identique à la robe.
• Ventre : gris blanc, incluant l'ars, l'aine et l'intérieur des cuisses.
• Tête : rectiligne, bien attachée sur l'encolure, de la couleur de la robe jusqu'à mi-chanfrein, de couleur gris blanc dessous.
• Oreilles : il est souhaitable que l'intérieur des oreilles soit plus claire que la robe.
• Bout du nez : de nuance noir ou gris foncé.
• Oeil : vif, portant lunettes gris-blanc, parfois cerné de roux, arcades bien marquées.
• Encolure : forte et épaisse à crinière droite ou tombante.
• Poitrail : ouvert.

• Arrière-main : solide.
• Membres : solides aux aplombs affirmés et aux articulations fortes.


Zone d'élevage
Le berceau de la race se situe dans les 3 départements de Basse-Normandie : le Calvados, la Manche, et l'Orne qui constituent l'effectif le plus important d'ânes normands reconnus actuellement, les 2 départements de Haute-Normandie : l'Eure et la Seine-Maritime, et 2 départements des Pays de Loire qui sont la Mayenne et la Sarthe.


Qualités et utilisations
L'âne Normand est principalement utilisé aujourd'hui dans le domaine du loisir, du tourisme. De plus en plus d'adhérents de l'Association de l'Ane Normand l'utilisent ou souhaitent l'utiliser pour l'attelage, mais également pour effectuer des randonnées où il porte les bagages. Ces deux activités vont sans nul doute s'amplifier à l'avenir.


Renseignements
Association de l'Ane Normand
Cedex 1703 - 61310 Le Pin au Haras
Tel : 02 33 12 16 00 - Fax : 02 33 36 14 12 (Haras)


Ane des Pyrénées

Origine
L'âne des Pyrénées a pour berceau d 'origine le Sud et le Sud-Ouest de la France, ancienne province de Gascogne et la chaîne des Pyrénées. On le nomme parfois “Gascon ”,format plus réduit que le “Catalan ”rencontré dans les Pyrénées Orientales sélectionné pour la production mulassière et comme améliorateur. On le classe en deux catégories :

Description
Vif, ardent, d'expression noble et éveillée, la variété des biotopes et des objectifs d 'utilisation ont fait qu'il existe de nombreux types :

• Taille élevée, corps mince et étroit.
• Robe variant du noir, noir pan garé, au bai foncé. Pourtour des yeux, bout du nez, aisselles, ventre et intérieur des membres décolorés se rapprochant du blanc. Le poil est ras sauf jusqu'à l'âge de deux ans (bourre).
• Tête de grosseur moyenne au profil droit ou concave,

• Oreilles longues, minces et dressées,
• Membres fins.
• Petite taille 1,20m minimum à 1,35m maximum.
• Grande taille 1,35m sans limite supérieure.


Zone d'élevage

Le grande étendue du berceau, berceau de la race se situe principalement dans le grand Sud-Ouest. On le trouve dans 14 départements appartenant à 4 régions :Gironde, Landes, Pyrénées Atlantiques, Hautes Pyrénées, Gers, Ariège, Haute-Garonne, Tarn et Garonne, Lot et Garonne, Dordogne, Aude, Pyrénées Orientales, Corrèze et Haute-Vienne.

Qualités et utilisations
L'âne des Pyrénées, de par la diversité de ses types, est un âne polyvalent qui peut être utilisé dans toutes les disciplines. Il reste encore, comme il l 'a prouvé depuis des siècles, le champion au travail ! Adapté aux difficiles conditions de la montagne, les bergers et les randonneurs trouvent en lui un compagnon idéal sous le bât. Sa taille, son énergie, son aptitude au trot font de lui un excellent animal de selle ou d 'attelage. Les baudets de grande taille (catalans)produisent des mules près du sang qui sont utilisées au travail agricole mais aussi à l'attelage et à la selle (endurance). Enfin, il est comme tous les autres ânes, docile, patient, complice des petits et des grands.

Renseignements
Association Nationale des Eleveurs d'Anes des Pyrénées
Nadine DESPOMADERES
Maison Lapince - 64410 - MERACQ
Tel : 05 59 04 52 41

Ane Bourbonnais


Origine
Au cœur du Bourbonnais, à Meillers, arrondissement de Moulins et canton de Souvigny, l'âne est identifié dans l'église Saint Julien, édifice roman datant du début du XIIème siècle. Il est représenté sur une frise où entrelacs et animaux décorent les corbeilles, à droite on voit un lion jouant de la vielle et un âne jouant de la harpe.

Pour le Professeur Theret, cité par F. Spindler : “ l'âne est un réactif de la pauvreté ”. Il est considéré comme le cheval du pauvre.
C'est en effet dans la structure sociale de la population agricole que l'on peut trouver une explication de la répartition de l'âne telle qu'elle apparaît sur les cartes de 1862, 1892, 1929 démontrant l'implantation d'une forte population asine dans le département de l'Allier.

Description
• Taille à 4 ans : Mâle : de 1,25 m à 1,35 m, femelle : de 1,18 m à 1,28 m.
Tête : Chanfrein rectiligne. Arcades saillantes, contour des yeux clair, paupières soulignées.
• Robe : brun à bai brun, nuance chocolat appréciée et possédant une bande cruciale dite « Croix de St-André ».
• Front droit, bout du nez, dit nez de biche, gris clair. Le liseré roux est apprécié.
• Oreilles : longues, droites attachées haut. Elles sont de la couleur de la robe.
• Dos : rectiligne et musculeux.
• Croupe : ronde et comble.
• Membres : solides et osseux aux articulations marquées. Ils sont musclés, l'avant bras fourni et le canon court, avec ou sans zébrure.
• Pieds : sabots larges de bonne texture. Talon marqué.
• Ventre : gris à gris clair incluant l'ars, l'aine et l'intérieur des postérieurs.
• Encolure : forte, implantée à mi-corps et bien dirigée. Sont à éviter, les encolures brèves, mal dirigées et concavilignes.

Manifestations
Depuis 1998, l'âne Bourbonnais est présent à de nombreuses manifestations à travers la France ainsi qu'aux salons du cheval et de l'agriculture.
Chaque année, le petit village de Braize (03) organise, le dernier dimanche d'Août, une grande fête de l'âne où se retrouvent toutes les races d'ânes.

Qualités et utilisations
Autrefois, l'âne était le principal outil du métayer et fermier pour tous les travaux agraires. De par sa taille moyenne, sa morphologie massive et ses membres solides et osseux, l'âne Bourbonnais pouvais exécuter la plupart des travaux agricoles. Il assure les tâches de labourage, de hersage et de fenaison sur de petits lopins de terre travaillés par le métayer. Il était utilisé dans la vie courante comme moyen de transport.
Aujourd'hui, l'âne Bourbonnais est un animal de compagnie et principalement de loisirs. Attelé ou bâté, il sera le compagnon de vos promenades en carrioles ou de vos randonnées. Le pied solide, il vous emmènera là où parfois le cheval ne peut passer. Vous l'apprécierez pour son caractère doux, pour son allure rassurante, sa robustesse et sa résistance.

Effectifs
C'est fin du XIXème et début du XXéme siècle que l'on constate la plus grande concentration d'ânes avec 7700 sujets. Maintenant animal de compagnie et de loisirs son effectif est d'environ 200 sujets.

Renseignements
Association Française de l'âne Bourbonnais
Maison de l'âne
Beauregard

03360 - BRAIZE
Tel : 01 34 66 67 44
Fax : 01 34 66 62 22
Mail : ANE-BOURBONNAIS@wanadoo.fr
Site : http://ane.bourbonnais.wanadoo.fr/


Les HYBRIDES


Il existe deux principaux hybrides :

Le Mulet
Résultat des amours d'un âne avec une jument, on l'appelle mulet s'il est de sexe masculin, et mule s'il est de sexe féminin. Ce croisement est toujours stérile et ne peut donc se reproduire.
Il est apprécié des éleveurs, grâce aux qualités cumulées de l'âne, dont il hérite : robustesse, rusticité et calme, et du cheval : force et taille.
Son cri se rapproche plus du braiement que du hennissement.
C'est pourquoi la production de mules et mulets était autrefois, tout du moins jusqu'à la Première Guerre Mondiale, très importante dans certaines régions, (zones montagneuses et bassin Poitevin).
Aujourd'hui, les mulets sont particulièrement utilisés en attelage.

Le Bardeau
(ou bardot)
Croisement d'un cheval et d'une ânesse, on l'appelle bardot s'il est de sexe masculin et bardote s'il est de sexe féminin.
Le bardeau n'est pas un hybride d'élevage apprécié, car il ne possède ni la force du cheval ni le caractère placide de l'âne.
Il hennit plus qu'il ne braie.

Autres mélanges
Certains éleveurs sont parvenus à croiser des zèbres et des ânes.



LEXIQUE

- Croix de saint-André
ou croix de Palestine : croix de couleur foncée qui décore le garrot de l'âne. Signe distinctif des ânes d'origine palestinienne.
Ce signe alimente beaucoup de légendes à son sujet !

- Garrot
pour déterminer la "hauteur au garrot" des ânes comme des chevaux.
Le garrot est la partie du dos qui se trouve à l'aplomb des pieds avant.

- Livret A et B
Lorsqu'un standard a été déterminé, on porte sur le "Livret A" les ânes correspondant rigoureusement au standard, et au "Livret B" ceux qui s'en écartent un peu.

- Stud-book
Livre sur lequel, à l'instar des chevaux et du bétail, sont inscrites les naissances de tous les ânes d'une race déterminée, et l'ascendance de chaque animal.

- Zébrures
Rayures sur les pattes.

RANDONNEES ASINES
Anes et Loisirs

Association créée en 2003 pour rassembler toutes personnes propriétaires d'ânes désirant se retrouver pour faire de la rando, que les ânes soient bâtés, montés ou attelés.
Présidente : Valérie RODRIGUES
45, Route de Bourges
58000 – CHALLUY
Tél. : 06 80 78 21 50 ou 03 86 37 69 19 (heure des repas)
Email : valeriane58@wanadoo.fr

Randonnées en ânes dans le Morvan
A travers 6 circuits différents autour du lac des Settons, vous cheminerez dans le cadre préservé du Morvan, au rythme nonchalant propre à ces équidés attachants, dont on redécouvre actuellement les qualités.
La prestation comprend : l'équipement et l'alimentation d'un âne bâté, les conseils au départ, l'établissement de l'itinéraire et le prêt de cartes.
« les Fricots »
58230 - GOULOUX
Tél. : 03 86 84 56 23
Email : fricotins@wanadoo.fr


Les balades d'Anatole
« Bornoux »
58230 – DUN les PLACES
Tél. : 03 86 84 64 82
Email : baladeanatol@infonie.fr

Pour tout savoir sur les ânes et leur monde, il faut absolument faire un tour sur le site qui leur est entièrement consacré :
www.bourricot.com


BIBLIOGRAPHIE
Le Livre de l'âne de Jacky Davez, illustré de nombreuses photos.
Je dresse mon âne : Comportement, éducation, travail de I. Van de Ponseele et Claude Lux (2002)
Mémoires des ânes et des mulets de Gérard Rossini (2003)
Prière pour aller au paradis avec les ânes, suivi de J'aime l'âne de Francis Jammes et Jacqueline Duhême (2002)
Les Anes de Juhasz (2006)
Le Petit âne d'Ariane Chottin (2002)
Races françaises de chevaux, poneys et ânes par Collectif (2000)

Pour commander ces livres et tous les autres
Recherche par mots clés


Dresseurs
10 règles d'or
Monty Roberts
Pat Parelli
Bino Gentili
M.K Worthington
Andy Booth
Kelly Marks
Bill Dorrance
Leslie Desmond
E de Corbigny

Centaures
Prière du cheval
Ethologie
Choix Poney
Cadre de Vie
Soins
Langage
Plaisir Partagé
Sevrage
Castration
Débourrage
Déferrage
Monte à Cru
Sans Mors
Grattothérapie
Fin de Vie

Divers
Publicité
Statistiques
Liens



Contact famille
Partenaires :
Copyright © Sitecom.biz
Tous droits réservés.




L'équitation douce à votre portée