Cheval poneys et chuchoteurs, ressources ethologie

Accueil

Cavaliers
Allures
Tests Poney
Galops
Les Licols
Comportements
Adresses Utiles
Equitation Western
Brèves Equines
Métiers chevaux
Cerveau cheval
Emotions cheval
Poste hongroise

Eleveurs
Connemara
Curly
Anes
Reproduction
Tatouage
Parage sabots
Races & Robes

Loisirs
Images
Logos portables
Fonds d'écran
Peintures chevaux
Sculptures chevaux
Textes Chevaux
Poèmes Chevaux
Citations Chevaux
Tourisme équestre
Humour équin
Photos humour
Chorale équine
Quizz équin
Lectures
Jeux vidéos

Services
Petites Annonces
bibliographie
Agenda
Annonces Ecolos

Soins
Equithérapie
Nourriture
Maladies
Plantes Toxiques
Blessures
Pharmacie

Courrier

Le CHEM

L'échappée belle

Souvenirs

Annie-Noël


Bray sur Seine
le 28.07.2010



L'échappée belle



Invitation par le Capitaine Paul, Maître à bord de RUSINA, et de son épouse Carla, le « petit mousse », d’Olivier, Chantal, Océane et Annie-Noël pour un déjeuner de brochettes, au bord de la Petite Seine.
Les invités partent de COUILLY ; ils roulent en auto, dans la fraîcheur du matin : route bordées d’arbres verts ; ensuite, champs de blé dorés, récemment moissonnés où glanent quelques merles noirs.
C’est la Brie riche et émouvante dans sa monotonie de champs et de fermes isolées.
Après deux heures de trajet, c’est l’enchantement.
La Seine majestueuse, large, verte du reflet des arbres qui la bordent, court rapidement vers son estuaire. Elle charrie des péniches transportant des troncs d’arbre ou du sable clair des carrières environnantes ; accessoirement, des bateaux de plaisance, tel le RUSINA, bateau de 11 mètres de long, puissance : 105 chevaux (RUSINA : déesse grecque des ruisseaux et des plaines).

Une odeur incomparable saisit les promeneurs : celle du vent, de l’eau et des arbres feuillus, ensemble confondues.
Il va s’y mêler celle du feu que Paul allume, avec prudence, en contrebas d’un muret qui borde le fleuve.
« Aïe !… » ; une braise rouge saute sur l’ensemble d’Annie-Noël, brûlant l’étoffe légère…

C’est sur le ponton d’accès au bateau qu’il convient de déjeuner : il est large et stable, malgré un léger remous de l’eau.
Encore faut-il y accéder ! Il y a un espace certain entre le bord de la Seine et le ponton ! La passerelle laisse entrevoir l’eau.
Qu’à cela ne tienne ! Paul et Olivier empoignent solidement Annie-Noël dans son fauteuil roulant, et l’installent. Océane pénètre dans le bateau et s’assoit, à l’intérieur, à hauteur de la fenêtre.
Repas frugal et chaleureux.

Paul va et vient ; il aide même un hollandais, suivi d’un second bateau ami, à l’amarre au bord de Seine, en utilisant le RUSINA pour le passage des amarres.

Une visite au village de BRAY sur SEINE est proposée. Après avoir traversé un petit parc au gazon vert et un jardin, artistiquement fleuri par la municipalité, le cortège s’engage dans la rue principale.
Paul marche en tête, en éclairant, ouvrant la route. Il fait des signaux de prudence, tout en déclarant :
« On n’a pas pu brûler Maman ; on n’a pas pu la noyer. On va peut-être la faire écraser. »
Ce qui fait rire la colonne en marche comme l’intéressée !…

Le retour se fait par une artère plus calme ; la route est large et peu fréquentée.
Paul remplace Olivier pour conduire Annie-Noël dans son fauteuil.
« Zut ! » on arrive devant un escalier de pierre de quatre marches. Avec décision, Paul affirme : « Ca ira ! ».
Sans aucun ménagement, il fait descendre l’engin et son occupante qui crie : « mon cul ! ». Rires de quelques jeunes sportifs qui passent…
Rendus aux bords de Seine sableux, caillouteux, Paul s’engage vers une grue ; celle-ci prend du sable qu’elle dépose, mécaniquement, dans une péniche immobile.
Paul suggère : « On pourrait ensabler Maman ».

Il est temps de rentrer.
Paul et Carla continueront leur parcours dès demain, où ils seront réveillés tôt par le trafic des péniches chargées et les remous importants qu’elles provoquent. Les invités repartent en automobile, sereinement.

Le lendemain matin, Chantal téléphone, un peu inquiète des suites de cette folle équipée pour sa belle-mère.
D’une voix rieuse, Annie-Noël répond, elle a dormi comme une bienheureuse :
- Un rêve, cette sortie enchanteresse : simplicité, symbiose mystérieuse entre le ciel, l’eau, la terre, les êtres ; gaîté spontanée, jeunesse, humour et amour, dynamisme et brio des êtres aimés.

C’est d’un cœur ébloui qu’elle récite un hymne de Joie, à son Dieu créateur :
« Il suffit d’être, et vous vous entendrez
Rendre la grâce d’être et de bénir.
(…)
Vous êtes l’Arbre en sommeil et en fleurs ;
Jouez pour Dieu des branches et du vent
».

[Tout est grâce]




Dresseurs
10 règles d'or
Monty Roberts
Pat Parelli
Bino Gentili
M.K Worthington
Andy Booth
Kelly Marks
Bill Dorrance
Leslie Desmond
E de Corbigny

Centaures
Prière du cheval
Ethologie
Choix Poney
Cadre de Vie
Soins
Langage
Plaisir Partagé
Sevrage
Castration
Débourrage
Déferrage
Monte à Cru
Sans Mors
Grattothérapie
Fin de Vie

Divers
Publicité
Statistiques
Liens



Contact famille
Partenaires :
Copyright © Sitecom.biz
Tous droits réservés.




L'équitation douce à votre portée